Et oui... 9 mois déjà, le temps passe vite ! La durée d'une grossesse ! C'est pourquoi, aujourd'hui, j'ai décidé de faire un petit bilan sur ma situation, sur la vie ici (à Montréal, et pas au Canada en général), ses avantages et ses inconvénients, sur mes envies et ce que je n'ai pas pu faire ou obtenir !

Tout d'abord, la ville de Montréal est très agréable à vivre et on se fait très vite à son rythme assez cool ! C'est une très grande ville (3 fois plus grande que Paris) mais on ne le ressent pas comme tel : beaucoup d'espaces verts, la vie n'est pas très chère (il y a bien sûr des exceptions), on s'y sent en sécurité... Mais allons plus loin et abordons quelques points !

Commençons par la population : beaucoup moins stressée qu'en France, et notamment en région parisienne, moins carrée (tout le monde se tutoie ici, même au travail, le tutoiement est de rigueur avec tout le monde, y compris les chefs ! Le vouvoiement est perçu comme une insulte), plus souriante (il n'est pas rare qu'une personne vous sourit juste parce que vous avez croisé son regard alors qu'à Paris, les gens ont une certaine peur de l'autre, peur qu'on vienne les déranger), plus aimable et serviable (ce n'est pas non plus une généralité)...
Mais à côté de ces qualités, il est très difficile, pour un Français en tout cas, de se faire des amis québécois (beaucoup de Français, pas tous j'espère, seront d'accord avec moi). Vous avez beau très bien vous entendre avec vos collègues de travail, vous voir lors de 5@7 (il n'est pas rare qu'une fois par semaine, les collègues se retrouvent dans un bar de 17h à 19h pour se voir dans un autre cadre que celui du bureau et surtout pour parler d'autre chose que du travail), les Québécois (attention, je ne veux pas en faire une généralité non plus) ont tendance à compartimenter leurs relations et à ne pas les mélanger ! Ainsi un collègue de travail reste un collègue de travail et vous ne pourrez pas mettre les pieds chez lui.
A mon arrivée ici, je me disais : pourquoi venir au Canada, au Québec, pour rencontrer des Français ? Si tu viens au Canada, c'est pour rencontrer des Canadiens, sinon tu restes en France... Je ne souhaitais donc pas rencontrer d'autres Français et j'étais contre les réunions ayant cet objectif. Mais bon après quelques mois, j'ai ouvert les yeux et aujourd'hui, les seules personnes que j'ai rencontrées ici sont... des Français (p'tit coucou à la bande au passage) !!!

Maintenant, j'ai mon petit (graaaaand) mot à dire sur le travail !! En avril, lorsque j'ai commencé mes recherches après avoir profité de mes premières semaines ici, j'ai mis 3 semaines à trouver un job en tant qu'adjointe administrative comme vous le savez peut-être déjà. Je n'ai pas cherché très longtemps et je me suis dit que j'avais de la chance alors qu'en France, et je parle de la situation antérieure à la crise, beaucoup trop de personnes luttent beaucoup trop longtemps pour trouver un travail. Embauchée en poste permanent (CDI) avec une période d'essai de 3 mois, relativement bien payée, 3 semaines de congés payés (j'y reviendrai plus tard)... que demande le peuple ? Et bien le peuple se rend compte que les conditions de travail en France sont très, très, très bien (quand on trouve un boulot et que ce n'est pas la crise !!)
Si vous ne travaillez pas dans la programmation Internet, quelles que soient vos qualifications et compétences, il est très rare de trouver un travail ou une expérience qui y correspondent. Il est très simple de trouver un job de vendeuse (payé la plupart du temps le strict minimum soit 8,50$ de l'heure brut = 5 euros brut) ou d'adjointe administrative (mieux payé) mais si vous souhaitez travailler dans le domaine du tourisme, de la communication ou autre, vous n'aurez presque aucune chance (mais je vous encourage à essayer comme je l'ai fait) face à des gens d'ici (c'est là qu'on voit qu'être Français est une très grande barrière).
Ensuite... vous pensez avoir la sécurité de l'emploi avec un poste permanent ? Et bien détrompez-vous jeunes gens ! Même après avoir terminé votre période d'essai, vous pouvez quitter votre entreprise en l'espace de 5 minutes, sans même un préavis d'une semaine. Vous êtes exploité, ni plus ni moins. Si vous ne rentrez pas dans leurs plans, on vous jette comme une vieille chaussette de l'archiduchesse ! Alors, bien sûr, ce système à des inconvénients mais il a aussi un avantage. Lequel me direz vous ? Eh bien, il faut réfléchir dans l'autre sens ! Si on peut vous mettre à la porte d'une minute à l'autre, vous pouvez également partir d'une minute à l'autre. Donc si votre poste ne vous convient plus ou si vous avez trouvé mieux autre part, vous n'êtes retenu par aucun préavis (ce qui est quand même un avantage non négligeable, quand il se présente sous cette forme bien évidemment !). Au passage, sachez qu'il est rare de signer un contrat de travail, ce contrat est la plupart du temps un contrat oral.
Pour finir sur ce point, Français arrêtez de vous plaindre ! Vous râlez alors que vous avez 5 semaines de congés payés (pour les moins chanceux), des RTT, vous travaillez 35h (pour les plus chanceux !), lorsque vous tombez malades vous dites bonjour et merci à la sécurité sociale. Restez en France !! Comparons maintenant avec nos chers amis québécois : 2 semaines de congés payés est le minimum légal (trop de la chance ! mais bon tout le monde prend des congés sans solde du coup), si vous tombez malades, les jours sont puisés dans vos vacances, pas de RTT et pour finir, la semaine de travail habituellement en vigueur est de 40 heures (je dis habituellement car il y a également des entreprises à 37,5 et 35 heures, cela dépend du domaine d'activité). Vous comprenez maintenant pourquoi je vous dis d'arrêter de vous plaindre ?!
Y'en a des choses à dire, vous trouvez pas ?

Au tour de... la nourriture (sujet de prédilection de Nassima qui l'assume totalement) ! Ah qu'est-ce qu'on est bien en France ! Le pain, le fromage, les viennoiseries, les gâteaux, le lait, les kebabs... tout ça nous manque terriblement (si si) car on n'a jamais trouvé aussi bon que dans notre très cher pays ! Il n'y a rien de mieux que la France quand on parle de bouffe quand même ! Sinon quand je vous disais que la vie n'était pas très chère, eh bien voici les exceptions, y compris le chocolat (il faut compter 5-8 dollars pour une tablette) et le vin. Pour ce qui est du fromage, qui est non seulement très cher (au moins 10$ un camembert minuscule), et certainement bon mais il y a aussi vraiment beaucoup moins de choix qu'en France. Quand je suis rentrée une semaine en novembre chez moi, j'ai halluciné quand j'ai vu la grandeur du rayon Fromagerie... vous ne vous en rendez pas compte !!! En ce qui concerne les kebabs, cela n'existe pas ici mais vous trouverez un peu partout des Shish taouk (bizarre comme nom) : vous prenez du pain pita (libanais), vous ajoutez une espèce de sauce à la crème fraîche et à l'ail, puis de la salade, des tomates, des oignons, du navet (c'est déjà bizarre de mettre du navet mais en plus c'est tout gros et tout violet) et enfin de la viande (cuite comme dans les kebabs français : soit du boeuf, soit du poulet). Mais bon, à côté de ça on a la poutine (si vous êtes un assidu de ce blog, vous savez de quoi je parle), les pancakes, le non moins fameux yaourt au citron (là encore, avis aux fans de ce blog, s'il y en a !) et bien sûr le célèbre sirop d'érable avec toutes ses déclinaisons : caramel à l'érable, beurre d'érable, charbon de bois d'érable et même du whisky à l'érable (et j'en oublie sûrement) !
En fait, vous vous rendez compte que vous êtes bien intégré à la société québécoise quand vous êtes prêt à délester votre porte monnaie pour un bout ridicule de fromage ou une bouteille de vin... C'est l'indice !



Un shish taouk

Comme je le dis en introduction, mon expérience ici n'a pas été que positive (bah ouai, après tout ce que je viens d'écrire, je ne vais pas dire le contraire !). J'ai tout de même découvert (ne serait-ce qu'une infime partie) un pays magnifique de par ses paysages, ses couleurs, sa culture...
J'ai eu la chance de visiter la ville atypique de Québec, d'aller à Toronto, aux Mille Iles, aux Chutes du Niagara, d'assister à des spectacles et événements divers, de voir des paysages enneigés comme je n'en verrai jamais à Paris, de m'engouffrer sous un mètre de neige (et oui, les premiers jours ici, on ne sait pas forcément où il faut ou pas mettre ses pieds !), de la manger, d'avoir des jambes qui ressemblent à des Mister Freeze, de braver le froid et le vent par -30° (et je pense que je n'ai pas vu le pire), de prendre de succulents petits déjeuners (ou goûters) chez Tim Horton's... enfin bref j'en passe !!

Rendez-vous dans un prochain billet pour vous raconter les quelques jours que je passerai à New-York fin décembre. Bah ouai, faut en profiter quand même !

J'espère que vous avez été assez courageux pour atteindre la fin de ce billet et je vous en remercie !!